Créer une extension pour installer un cabinet : quelles modalités ?

Photo Créer une extension pour installer un cabinet : quelles modalités ?

Après plusieurs mois de réflexion, vous êtes décidé d'installer votre cabinet chez vous. En y regardant de près cependant, vous avez constaté que l'espace disponible n'est plus suffisant pour accueillir votre futur lieu de travail. Dans ce cas donc, vous n'aurez d'autres choix que de procéder à une extension. Mais quelles sont les modalités à suivre pour cela ? Éléments de réponse.

Commencez par définir vos besoins

Pour que vous puissiez avancer en toute connaissance de cause dans la réalisation de votre projet d'extension pour installer votre cabinet chez vous, vous devrez commencer par vous interroger sur vos réels besoins. Chaque projet étant unique, évitez de vous référer à un précédent projet similaire d'un ancien collègue ou d'un proche ayant décidé d'installer un cabinet chez lui.

À noter par ailleurs que la réalisation dépendra de ce qui est existant. Elle ne se fera pas ainsi de la même façon sur un bien entouré d'un espace extérieur plus conséquent et un autre qui jouxte directement l'immeuble d'un voisin.

Choisir le type d'extension le plus adapté

Car votre objectif est d'avoir un espace supplémentaire pouvant vous servir à l'exercice de votre activité de professionnel libéral, sachez que vous devrez prévoir à la fois une salle d'attente et une pièce pour la réception de vos clients.

Vous aurez ainsi deux options pour obtenir cet espace supplémentaire : l'extension horizontale et l'extension verticale. Si la surface extérieure disponible est encore plus importante, la première option est à privilégier. C'est par ailleurs la plus simple à faire, ouvrant même à plusieurs possibilités de réalisation :

  • Sous forme d'une véranda habitable,
  • Sous forme d'une structure plus ou moins légère en bois ou en métal
  • Extension maçonnée dans le matériau de la construction principale
  • Etc.

L'extension verticale implique une surélévation du toit pour obtenir un niveau pouvant servir de cabinet à domicile. Cette option est incontournable dans le cas où il y a aucune surface disponible suffisante pour une extension à l'horizontale sur votre terrain. Elle nécessite tout de même la réalisation au préalable d'une étude faisabilité pour garantir la capacité du bâti de supporter un niveau supplémentaire.

S'informer de la faisabilité administrative

La surface de votre extension devrait il dépasser les 5 m2 ? Il vous faudra des autorisations administratives. Dans certaines communes par ailleurs, vous devrez vous soumettre à des contraintes locales en matière d'obligations d'urbanisme. Si vous voulez savoir si vous pourrez procéder à votre extension, commencez par vous déplacer auprès de votre mairie.

Cela vous permettra de connaître toutes les contraintes auxquelles vous devrez vous soumettre pour pouvoir réaliser votre projet. À celles-ci peuvent, éventuellement, s'ajouter des contraintes liées à un bien se trouvant dans un lotissement ou en situation de copropriété. Ce qui implique la nécessité de s'informer auprès du syndic.

Pour terminer, la loi vous interdit de vous exercer dans votre nouveau cabinet après cette extension si vous ne respectez pas les normes en vigueur en matière de sécurité, la règlementation sur les Établissements recevant Public (ERP) et d'autres dispositions spécifiques à votre activité.