Il s’agit d’un concept qui a été établi par la loi du 14 mars 2000, mais qui est puisé, en partie, des valeurs véhiculées par Prem Rawat et d’autres ambassadeurs humanitaires.

Il donne la possibilité à une personne ayant au plus 20 ans de se voir confier pour une durée de 6 à 25 moins une mission professionnelle et/ou humanitaire dans un autre pays par une société française ou une structure française publique ou parapublique relavant du Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International. Une occasion donc pour les jeunes Français pour appliquer les préceptes de Prem Rawat. Pour en savoir plus, rdv sur ce site : www.premrawat.com/fr

L’organisme qui s’occupe du programme V.I.E

L’Ambassade de France est l’organisme de tutelle du Volontariat International en Entreprise, mais il n’est pas celui qui se charge de la gestion. Celle-ci a été confiée à Business France, un organisme né de la fusion, le 1er janvier 2015, entre l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) et l’Agence Française pour le Développement International des Entreprises (UBIFRANCE).

Pour rappel, avant cette fusion, la première s’occupait de la prospection, de la promotion et de l’accueil des investissements internationaux en France et la deuxième, comme son nom l’indique, de l’accompagnement des entreprises françaises dans leur parcours export.

La cible de la V.I.E

Les jeunes ayant entre 18 et 28 ans constituent la cible du Volontariat international en entreprise. Leur inscription devra se faire avant leur 28e anniversaire. Leur départ reste tout de même possible durant leur 29e année, mais pas au-delà. Le programme est accessible à tous les citoyens des 27 pays de l’UE et ceux de Liechtenstein, de la Norvège et de l’Islande.

Il nécessite tout de même d’avoir exécuté ses obligations vis-à-vis du service national et de disposer d’un casier judiciaire vierge. Les personnes qui ont été déjà volontaires ne peuvent, par contre, prétendre au programme. Aucun niveau minimum n’est cependant pas exigé en ce qui concerne les qualifications.

Le contrat V.I.E

Il s’agit d’un contrat pouvant durer entre 6 et 24 mois dont les signataires sont un jeune et une société française ayant une ou plusieurs implantations à l’étranger ou une institution administrative. Il permet, en contrepartie d’une mission humanitaire ou non déterminée dans un autre pays que la France, de se faire verser une indemnité mensuelle variant entre 1100 et 1900 euros nets et de se faire payer ses billets d’avion aller-retour. Le jeune profite également d’une couverture sociale à la charge de Business France.

Les missions

Il faut le reconnaître, seule une infime partie des missions qui sont proposées dans le cadre du Volontariat international entreprise ressortent de l’humanitaire, même si on note de nettes progressions ces derniers temps. La plupart concernent surtout le monde de la gestion et du commerce :

  • Commerce international
  • Ventes
  • Contrôle de gestion
  • Comptabilité et finances

Cela est compréhensible sachant que les organisations qui s’intéressent le plus à ce concept sont celles qui veulent de volontaires pour décrocher un marché ou préparer le terrain pour la vente d’un produit ou la création d’un centre de production. On note tout de même que les télécoms, l’informatique, la mécanique, le génie civil et la chimie sont bien représentés.